La COVID-19

Donner des soins d’urgence en toute sécurité

Pour limiter les contacts entre les patients et le personnel des établissements, il est préférable de voir uniquement les patients pour des problèmes urgents.

Pour limiter les contacts entre les patients et le personnel des établissements, il est préférable de voir uniquement les patients pour des problèmes urgents. Si votre clinique est toujours ouverte, assurez-vous que vos patients soient d’abord soumis à un test de dépistage de la COVID-19.

Quoiqu’il n’y ait pas de définition précise de ce qui représente un soin d’urgence, le Ontario College of Optometry le décrit comme étant « tout problème pouvant faire perdre la vue, en raison des symptômes, des troubles existants, des antécédents médicaux du patient, ou d’une blessure. »

Utilisez votre meilleur jugement clinique lorsque vous décidez si et comment vous occuper des cas urgents possibles. La sécurité des employés et des patients doit demeurer votre principale préoccupation. Dans les cas où vous ne pouvez pas traiter les patients pour des soins urgents, vous devez leur recommander un autre optométriste, ophtalmologiste ou la salle d’urgence la plus proche, le cas échéant.

Dépistage de la COVID-19

Si votre clinique est ouverte au public, il importe de vérifier si les employés ont des symptômes, et ce, tous les jours.

Protocole de dépistage

Pour minimiser les contacts sociaux avec les patients, utilisez un système de triage par téléphone ou par vidéo pour déterminer si un patient doit être vu en personne.

Si possible, vérifiez la température des visiteurs sur les lieux à l’aide d’un thermomètre sans contact. De plus, demandez aux employés et aux patients de confirmer qu’ils n’ont pas nouvellement une toux, un essoufflement ou une conjonctivite, qui peuvent être des symptômes de la COVID-19.

Protocole d’orientation

Pour les patients qui pourraient avoir la COVID-19, téléphonez au praticien ou à l’hôpital vers lequel le patient sera orienté afin que l’équipe de soins de la santé soit informée de l’urgence du problème de santé des yeux et de l’infection respiratoire.

Protocole sur place

Pensez toujours aux moyens de limiter la présence de personnes sur place. Recevez les patients par rendez-vous uniquement, et seulement ceux qui sont aux prises avec des problèmes urgents. Ne voyez pas les patients pour des examens de la vue de routine.

De plus, prenez des précautions supplémentaires :

  • Lavez vos mains minutieusement pendant au moins 20 secondes à votre arrivée, avant/après chaque patient, avant/après avoir mangé et avant/après avoir utilisé des installations ou des appareils partagés.
  • Utilisez un désinfectant pour les mains à base d’alcool >70 % régulièrement si vous pouvez et nettoyez tout l’équipement avec le meilleur désinfectant disponible (ex. de l’eau de Javel diluée ou une solution à base d’alcool)
  • Minimisez le partage d’équipement et désinfectez les téléphones ou les ordinateurs entre les utilisations.
  • Conservez un éloignement social parmi les employés/les patients. Limitez le nombre de patients dans la salle d’attente, dispersez les chaises et pensez à demander aux patients d’attendre à l’extérieur de la clinique jusqu’à ce que ce soit leur tour.
  • Les masques doivent être portés par tous les employés qui se trouvent à moins de deux mètres des patients et par les patients présentant des signes d’infection respiratoire.

Équipement de protection individuelle (EPI)

Donnez seulement des soins d’urgence en personne si vous avez un EPI à votre disposition. Si vous recevez des patients pour des soins d’urgence, il est essentiel que des procédures de port et de retrait adéquates soient suivies pour assurer la sécurité de tous.

Le BC Centre for Disease Control a développé deux guides pratiques que vous pouvez imprimer et afficher en tant que rappels dans votre bureau pour les employés qui sont directement en contact avec les patients :

Conservation de l’EPI

En raison de la pénurie d’EPI à l’échelle mondiale, on encourage les travailleurs des services essentiels à prolonger leur usage des masques, des blouses et des lunettes de protection, lorsque la situation s’y prête. Si vous adoptez cette approche, en enlevant et en replaçant l’EPI, évitez de toucher à ce dernier, pour éviter la contamination croisée.

En tant que meilleure pratique, le port prolongé d’un EPI ne devrait pas dépasser quatre heures et l’utilisation prolongée des gants n’est jamais recommandée, alors remplacez-les régulièrement et lavez vos mains souvent.

Dons d’EPI

Si vous avez un équipement de protection individuelle et ne voyez pas de patients en personne, pensez à donner votre équipement à un hôpital local.

 

Merci à nos partenaires

Le Conseil de la santé des yeux du Canada (CHEC) apprécie énormément le leadership démontré par nos partenaires au sein de l’industrie qui ont aidé à fonder avec beaucoup de succès la campagne de communications marketing intégrées et de collecte de données PenseATesYeux.ca. Nous tenons aussi à remercier les professionnels de la vue canadiens, tels que les optométristes, durant cette période difficile.

Les renseignements fournis dans le présent document sont à titre indicatif seulement. Le contenu du présent document est fourni de bonne foi; cependant, nous ne formulons aucune garantie ni ne faisons aucune représentation, expresse ou implicite, sur l’exactitude, le caractère adéquat, la validité, la fiabilité, la disponibilité ou l’intégralité de toute information contenue dans le présent document. En aucun cas le CHEC ne sera tenu juridiquement responsable.